steve.jpg

Je ne retra­ce­rais pas la car­rière de Steve Jobs ce matin mais je veux dire l’émo­tion de tous ceux qui ont suivi et à leur manière par­ti­cipé à l’aven­ture d’Apple et de l’infor­ma­ti­que indi­vi­duelle.

Steve était un patron et un patron brillant mais c’était d’abord un inven­teur et un vision­naire.

Deux sou­ve­nirs.

Je me sou­viens de la pre­mière fois où j’ai vu un Macin­tosh. C’était dans un salon où l’étrange machine était expo­sée. Avec hési­ta­tion, j’ai tendu la main pour dépla­cer ce que l’on com­men­çait tout juste à appe­ler une “sou­ris”. Au même moment, un cur­seur s’est déplacé sur l’écran… C’était magi­que !

Quel­ques années plus tard, je créais mon entre­prise… avec 2 Macin­tosh. La plu­part des pro­fes­sion­nels des arts gra­phi­ques, en par­ti­cu­lier les pho­to­gra­veurs nous regar­daient avec con­des­cen­dance, per­sua­dés que nous ne pour­rions jamais les con­cur­ren­cer. La vie a tran­ché…

C’est donc nos vies qui ont été changé par Steve Jobs, d’où notre émo­tion et notre tris­tesse.