Dans ce genre de situa­tion, il y a tou­jours un moment dif­fi­cile, celui que j’appelle le “retour sur terre”.

Pen­dant la cam­pa­gne, cha­cun a espéré un bon score et même être lar­ge­ment en tête devant les autres, ce qui est tout à fait nor­mal mais après le pre­mier tour, cha­cun cons­tate qu’il n’a pas atteint tous ses objec­tifs même s’il a réussi une bonne per­for­mance.

Le score de notre liste “Cor­­­beil-Esson­­­nes c’est vous, fai­­­sons la ville ensem­­­ble !” cons­ti­tue un véri­ta­ble suc­cès puis­que nous arri­vons en tête de la gau­che, net­te­ment devant la Parti Socia­liste alors que nous ne dis­po­sions plus de notre tête de liste, Bruno Piriou et que nos cama­ra­des éco­lo­gis­tes avaient choisi de faire une liste auto­nome. Dans com­bien de vil­les en France observe-t-on de pareils résul­tats?

Pour autant, nous espé­rions tous faire mieux et l’accord que nous avons con­clu a néces­sité ce qui est légi­ti­me­ment perçu comme des sacri­fi­ces.

Voici les gran­des lignes de cet accord :

  • Les trois lis­tes sont tom­bés d’accord sur un pro­gramme de ges­tion com­mune de Cor­beil-Esson­nes pour la période 2009-2014
  • Il a été con­venu que les nom­bres de con­seillers muni­ci­paux, les délé­ga­tions des mai­res-adjoints et des con­seillers com­mu­nau­tai­res seraient répar­tis à la pro­por­tion­nelle des résul­tats du pre­mier tour.
  • En cas de vic­toire, la fusion des 3 lis­tes con­duira à l’obten­tion de 33 siè­ges au moins. 16 revien­dront à notre liste, 12 à la liste Da Silva et 5 à la liste Picard.
  • La liste adop­tée fait l’objet d’un billet séparé.
  • Les dif­fé­ren­tes délé­ga­tions ont été répar­ties entre les lis­tes à la pro­por­tion­nelle en tenant compte des com­pé­ten­ces de cha­cun.
  • Dif­fé­ren­tes moda­li­tés des­ti­nées à assu­rer un fonc­tion­ne­ment démo­cra­ti­que de la muni­ci­pa­lité ont éga­le­ment été adop­tées.

Je sors de ces deux jours de négo­cia­tion un peu fati­gué mais satis­fait. Com­ment aurions-nous pu expli­quer aux cor­beil-Esson­nois que nous n’avions pas pu réa­li­ser l’union pour une ques­tion de nom­bre de pos­tes ou de délé­ga­tion ?

Pour autant, il ne fal­lait pas con­clure à n’importe quel prix. Les dis­cus­sions fran­ches que nous avons eues avec nos cama­ra­des ont per­mis d’obte­nir que l’accord se fasse sur la base de notre pro­gramme et qu’aucun can­di­dat ayant été pré­sent sur une liste de Serge Das­sault ne figure sur notre liste d’union. C’est donc dans la clarté que nous nous pré­sen­te­rons devant les élec­teurs pour met­tre fin au sys­tème Das­sault.

Notre liste a été dépo­sée en Pré­fec­ture cette après-midi.

Vous trou­ve­rez la pro­fes­sion de foi du deuxième tour sur ce site dans quel­ques heu­res.