Le blog de Sylvain Renard

Keyword - police

CRS SS ! CRS!...

x-default

48 ans déjà…

La France en grève allait vers l’inconnu. Mon père occu­pait son maga­sin, le Bazar de l’Hôtel de Ville, j’occu­pais mon Lycée, le Lycée Tur­got.

Lire la suite

Un policier blessé aux Tarterêts

J’apprends qu’un poli­cier a été blessé la nuit der­nière aux Tar­te­rêts. Il a reçu des coups de poing et une pierre sur la tête alors qu’il ten­tait d’inter­pel­ler des ven­deurs de dro­gue.

Je lui exprime ma soli­da­rité ainsi qu’à ses col­lè­gues et lui sou­haite un bon et rapide réta­blis­se­ment.

Il est néces­saire que les habi­tants con­dam­nent clai­re­ment les agres­sions con­tre la police qui sont hélas fré­quen­tes dans notre ville et qu’ils aident la police dans son tra­vail.

Ces inci­dents, inac­cep­ta­bles en eux-même, con­tri­buent aussi à la mau­vaise répu­ta­tion de notre ville et ren­dent plus dif­fi­cile la vie de la grande majo­rité des jeu­nes qui n’ont rien à voir avec la délin­quance.

A propos d'un débat

400px-Place_de_la_Republique_-_Liberte.jpg

Nous étions 25 jeudi soir, réu­nis à l’ini­tia­tive de l’Uni­ver­sité Popu­laire Seine-Essonne, pour dis­cu­ter des rap­ports entre les citoyens et la police.

Lire la suite

Une situation intolérable.

Je n’ai que peu de temps pour inter­ve­nir sur ce blog car j’ai le plai­sir d’ani­mer actuel­le­ment une for­ma­tion de chef de pro­jet à l’IESA (Ins­ti­tut d’Etu­des Supé­rieu­res des Arts) mais les évé­ne­ments qui se dérou­lent aux Tar­te­rêts sont gra­ves et into­lé­ra­bles.

J’éprouve d’abord de la tris­tesse en appre­nant qu’une petite fille est actuel­le­ment dans le coma à la suite des inci­dents d’avant-hier et de la com­pas­sion pour elle et sa famille.

L’enquête dira si une erreur a été com­mise par la police.

Mais on ne peut s’en tenir là et se ser­vir de ce drame pour con­dam­ner la police et jus­ti­fier ou excu­ser les agis­se­ments des délin­quants qui ont main­te­nant pris l’habi­tude de har­ce­ler les fonc­tion­nai­res de police qui font leur tra­vail aux Tar­te­rêts.

Cer­tes, comme tous les fonc­tion­nai­res, ils peu­vent être cri­ti­qués, ils doi­vent accep­ter que leurs métho­des soient mises en cause, que leur action soit sou­mise au débat démo­cra­ti­que mais rien ne peut jus­ti­fier les vio­len­ces dont ils sont les habi­tuel­les vic­ti­mes.

J’ajoute que les délin­quants et les cri­mi­nels qui sont à l’ori­gine de ces inci­dents agis­sent clai­re­ment con­tre leur quar­tier et dans le seul inté­rêt de leurs tra­fics. Ils ren­dent la vie impos­si­ble aux habi­tants qui dans leur immense majo­rité n’aspi­rent qu’à vivre en paix et il ren­dent impos­si­ble le désen­cla­ve­ment et le déve­lop­pe­ment éco­no­mi­que de la zone.

Après de nom­breux poli­ciers, c’est main­te­nant une fillette du quar­tier qui est la vic­time inno­cente des affron­te­ments qui sont deve­nus mon­naie cou­rante dans le quar­tier. Nous ne pou­vons nous rési­gner à cette situa­tion.

La muni­ci­pa­lité peut et doit aider les jeu­nes à cons­truire leur ave­nir en ne les con­si­dé­rant pas comme des citoyens de seconde zone qu’on achète ou qu’on méprise. Elle peut aider la vie asso­cia­tive à se déve­lop­per, elle peut refaire appel à des édu­ca­teurs de rue, elle peut accom­pa­gner la réno­va­tion urbaine de l’action sociale qui lui man­que.

Mais les habi­tants du quar­tier ont aussi un rôle à jouer. Ils doi­vent entou­rer les fau­teurs de trou­bles de leur ferme répro­ba­tion et aider la police à les met­tre hors d’état de nuire.

Le déve­lop­pe­ment du quar­tier des Tar­te­rêts et l’amé­lio­ra­tion du sort de ses habi­tants passe par le réta­blis­se­ment de l’ordre répu­bli­cain.

Université Populaire : nouveau débat

L’Uni­ver­sité Popu­laire Seine-Essonne que je pré­side orga­nise le 16 juin à 20 h à l’espace Car­not un débat sur les rela­tions entre les citoyens et la police.

Vous con­nais­sez la situa­tion actuelle.

D’une part, on entend des cri­ti­ques con­tre la police. Elles con­cer­nent les con­trô­les de police, le man­que d’effi­ca­cité des ser­vi­ces, le com­por­te­ment des poli­ciers à l’égard des jeu­nes…

Mais la police se plaint éga­le­ment de faits gra­ves : caillas­sage, inci­vi­li­tés, man­que d’aide de la popu­la­tion, con­di­tions de tra­vail de plus en plus dif­fi­ci­les…

Nous savons à Cor­beil-Esson­nes que ces cri­ti­ques réci­pro­ques se trans­for­ment par­fois en vio­len­ces que nous ne pou­vons accep­ter.

Que faire pour bri­ser le cer­cle vicieux dans lequel nous som­mes enga­gés ? Nous pou­vons au moins essayer que les pro­blè­mes soient mis en mots, que le débat s’engage, qu’un dia­lo­gue renaisse entre tous les citoyens et la police.

Nous vous invi­tons donc à par­ti­ci­per à ce débat qui a été pré­paré dans les quar­tiers par diver­ses ren­con­tres. Bien entendu des poli­ciers seront pré­sents pour vous enten­dre et vous répon­dre.

Je ren­drai compte ici de ce débat et je revien­drai bien­tôt sur le fond de ces pro­blè­mes.

Tarterêts : agression intolérable

J’apprends ce matin l’agres­sion dont ont été vic­ti­mes des poli­ciers hier dans le quar­tier des Tar­te­rêts.

Ceux qui com­met­tent de tels délits agis­sent con­tre notre ville et ses habi­tants. Ils doi­vent être arrê­tés et tra­duits devant la jus­tice.

J’exprime ma soli­da­rité avec les fonc­tion­nai­res de police qui ont été agres­sés. Je sou­haite en par­ti­cu­lier un prompt réta­blis­se­ment à ceux qui ont été bles­sés.

La Police a droit au respect

On ne peut pas réa­gir à tout ce qui se passe sur inter­net ! Je choi­sis d’évo­quer aujourd’hui un appel lancé sur face­book par un mili­tant du midi. Il pro­pose à ceux qui mani­fes­te­ront le 6 novem­bre pro­chain de por­ter un bras­sard de police au bras.

Lire la suite