Je ne suis ni un islamo-gau­chiste ni un isla­mo­phobe au sens que ces mots ont pris ces der­niers jours et je pense que nous devrions être nom­breux à crier Halte au feu  !

Ceux qui sont atta­chés aux Droits de l’Homme, au pro­grès social, à la laï­cité et à la lutte con­tre l’isla­misme n’ont à mon avis rien à gagner dans la vio­lente polé­mi­que qui se déve­loppe actuel­le­ment. Elle ris­que de divi­ser de nom­breux Fran­çais qui ont en fin de compte beau­coup plus de cho­ses en com­mun qu’ils ne l’ima­gi­nent.

Je ne doute pas de la sin­cé­rité des pro­ta­go­nis­tes. Mais sachons rai­son gar­der. L’équipe de Char­lie Hebdo, Manuel Valls et Edwy Ple­nel sont évi­de­memnt réso­lu­ment oppo­sés à l’isla­misme et n’assi­mi­lent pas l’ensem­ble des mul­sul­mans à la petite mino­rité qui pré­tend tuer au nom du pro­phète. Là est l’essen­tiel !

Est-il encore pos­si­ble de par­ler cal­me­ment du fond  ? Je n’en suis pas sûr mais essayons tout de même en pro­po­sant qua­tre affir­ma­tions.

1. Char­lie Hebdo a fait l’objet d’une atta­que isla­miste ter­ri­fiante. Il doit pou­voir con­ti­nuer à s’expri­mer et ce n’est pas facile puisqu’il est tou­jours menacé. Il est de notre devoir de le pro­té­ger et c’est en ce sens que Je suis Char­lie. Cela ne signi­fie évi­de­memnt pas que l’on doit rire à tou­tes les plai­san­te­ries de l’heb­do­ma­daire, ni que l’on doit être d’accord avec tout ce qu’il publie. Je suis par exem­ple per­suadé qu’Edwy Ple­nel n’avait pas con­nais­sance des tur­pi­tu­des dont Tariq Rama­dan est accusé quand il dia­lo­guait avec lui, con­trai­re­ment à ce que peut faire croire la cou­ver­ture le met­tant en cause..

2. L’islam a généré un fon­da­men­ta­lisme mul­ti­forme qui comme la plu­part des fon­da­men­ta­lis­mes ren­tre en con­flit avec notre Répu­bli­que. Ce cou­rant de pen­sée cause souf­france et régres­sion sociale en par­ti­cu­lier en ce qui con­cerne les droits des fem­mes et des homo­sexuels.

Une petite par­tie de ces extré­mis­tes mul­sul­mans sème la mort en vou­lant impo­ser leur vision très mino­ri­taire de l’islam par la force.

Nous devons refu­ser les con­fu­sions qui nais­sent de cette situa­tion qui durera plu­sieurs décen­nies.

La grande majo­rité de nos com­pa­trio­tes musul­mans vivent leur reli­gion de manière paci­fi­que et res­pec­tent les lois de la Répu­bli­que. Ils doi­vent pou­voir con­ti­nuer à le faire et nous devons pren­dre cons­cience qu’ils sont actuel­le­ment vic­ti­mes à la fois des isla­mis­tes qui veu­lent les con­ver­tir à leur vision mor­ti­fère et de non musul­mans qui leur repro­chent des actes dans les­quels ils n’ont aucune res­pon­sa­bi­lité.

Les fon­da­men­ta­lis­tes doi­vent être com­bat­tus par le débat d’idées et par l’édu­ca­tion. La répres­sion doit s’exer­cer à cha­que fois que des délits ou des cri­mes sont cons­ta­tés.

Quant à ceux qui choi­sis­sent le ter­ro­risme, ils sont nos enne­mis et doi­vent savoir qu’ils n’ont aucune chance de gagner.

3. L’état de droit doit être main­tenu avec rigueur.

Régu­liè­re­ment, des voix médio­cres s’élè­vent pour deman­der des lois d’excep­tion, pour remet­tre en cause la néces­saire inter­ven­tion du juge dans les déci­sions pri­va­ti­ves de liberté. Ces pro­po­si­tions peu­vent séduire ceux qui rai­son­nent sous le coup de l’émo­tion mais elles sont dan­ge­reu­ses à long terme comme inef­fi­ca­ces à court terme.

Le débat sur ce qu’il faut faire des hom­mes, des fem­mes et des enfants qui revien­nent des ter­ri­toi­res per­dus par Daesh est à cet égard navrant. Ce débat est sans objet. La loi fran­çaise doit s’appli­quer et elle suf­fit.

La Jus­tice doit pas­ser. Cel­les et ceux qui ont com­mis des cri­mes ou des délits doi­vent être jugés (et il n’y a pas dans le droit fran­çais de sanc­tion col­lec­tive mais au con­traire indi­vi­dua­li­sa­tion des pei­nes), les mineurs doi­vent être trai­tés par la Pro­tec­tion judi­ciaire de la jeu­nesse.

Les amé­ri­cains, avec Guan­ta­namo, nous ont mon­tré ce qu’il ne fal­lait pas faire et ont con­tri­bué au déve­lop­pe­ment du ter­ro­risme en fai­sant de vrais ou faux cou­pa­bles de vrais mar­tyrs.

4. La loi de 1905 a posé les bases d’une laï­cité à la fran­çaise qui a fait ses preu­ves depuis plus d’un siè­cle, elle est le pro­duit de for­mi­da­bles lut­tes éman­ci­pa­tri­ces con­tre la for­te­resse catho­li­que.

Il est nor­mal que nous ayons des visions un peu dif­fé­ren­tes de la laï­cité en rai­son de nos croyan­ces et de nos expé­rien­ces. Il est néan­moins néces­saire que nous fas­sions le pari du dia­lo­gue et que nous affir­mions notre volonté de vivre ensem­ble dans le res­pect mutuel. Edwy Ple­nel n’a pas à ren­dre gorge mais il n’a pas non plus à nous appren­dre com­ment nous devons vivre notre laï­cité.

Halte au feu !