Je par­tage la décep­tion et les cri­ti­ques de la poli­ti­que gou­ver­ne­men­tale qu’ont expri­mées par leur votre de nom­breux élec­teurs lors du pre­mier tour des régio­na­les mais à la veille du second tour il faut rai­son gar­der.

Le PS ce n’est pas la même chose que la Droite. De même que la Droite ce n’est pas la même chose que le Front Natio­nal, qu’il s’agisse des valeurs défen­dues ou des poli­ti­ques menées. Ceux qui pré­ten­dent le con­traire ne se ren­dent pas compte qu’il rejoi­gnent le dis­cours sur l’UMPS de Marine Le Pen et qu’ils vont aider le Front Natio­nal s’il s’abs­tien­nent ou votent blanc.

L’atti­tude du Parti Socia­liste après le pre­mier tour a été digne. Il a assumé ses res­pon­sa­bi­li­tés en reti­rant ses can­di­dats qui pou­vaient faire gagner le Front Natio­nal et il a ini­tié les fusions néces­sai­res avec ce qui reste du Front de gau­che et les éco­lo­gis­tes.

L’élec­tion de pré­si­dents de région FN, ce serait une étape de plus dans la con­quête de la Pré­si­dence de la Répu­bli­que par le Front Natio­nal et donc vers une expé­rience que je crois dan­ge­reuse pour notre pays.

Je com­prends ceux qui disent “On a tout essayé sauf le FN” mais le repli sur soi, l’oppo­si­tion des Fran­çais entre eux, la fer­me­ture des fron­tiè­res, le retour au franc, la mise en cause de l’exis­tence même de nom­breu­ses asso­cia­tions,…ce n’est pas la solu­tion. Mieux vaut bâtir natio­na­le­ment comme loca­le­ment une nou­velle solu­tion basée sur les valeurs de notre Répu­bli­que.

Les décep­tions sus­ci­tées par la Droite puis par la Gau­che au pou­voir jus­ti­fient pro­tes­ta­tions, mani­fes­ta­tions, indi­gna­tions et sur­tout actions et pro­po­si­tions mais pas l’aven­ture qui abais­se­rait la France inter­na­tio­na­le­ment sans appor­ter de solu­tions à nos pro­blè­mes éco­no­mi­ques.

On ne vote pas pour se faire plai­sir ou pour pré­ser­ver sa pureté idéo­lo­gi­que mais pour être utile aux autres et à son pays.

En Ile-de-France, le choix est entre la liste de Valé­rie Pécresse qui mène une cam­pa­gne indi­gne con­tre la liste d’union con­duite par Claude Bar­to­lone avec Emma­nuelle Cosse et Pierre Lau­rent. La majo­rité sor­tante a un bon bilan grâce au tra­vail de ses dif­fé­ren­tes com­po­san­tes ani­mées par Jean-Paul Huchon. Je vote­rai pour la liste Bar­to­lone sans état d’âme afin que soit pour­suivi le tra­vail déjà réa­lisé depuis 1998.

Voter pour cette liste d’union de la Gau­che et des éco­lo­gis­tes, c’est aussi, pour les Cor­beil-Esson­nois, voter pour Jac­ques Picard, un élu hon­nête et dévoué avec qui je milite pour défen­dre les droits des pales­ti­niens au sein de France-Pales­tine-Soli­da­rité.

J’étais hier à une réu­nion du Con­seil d’admi­nis­tra­tion de l’asso­cia­tion des anciens élè­ves du Lycée Tur­got. Un ami com­mu­niste m’expli­quait que sa sec­tion avait voté à l’una­ni­mité le sou­tien à la liste menée par Claude Bar­to­lone au deuxième tour des régio­na­les. J’ai le même réflexe que ces com­mu­nis­tes dont la déci­sion me récon­forte.

Hasard de la vie, Claude Bar­to­lone est aussi un ancien élève du Lycée Tur­got, un tur­go­tin, un cama­rade…