Quel­ques cons­tats

A l’exa­men des résul­tats, quel­ques cons­tats s’impo­sent.

1. Le suc­cès du Front Natio­nal.

Il est con­si­dé­ra­ble et même si les atten­tats l’ont sans doute accru, il tra­duit une adhé­sion crois­sante de notre peu­ple aux idées dan­ge­reu­ses qu’il défend. Il ne faut pas négli­ger non plus l’habi­leté de ses diri­geants. Son suc­cès est un aver­tis­se­ment très sérieux (et déjà plus sans frais) pour la pro­chaine pré­si­den­tielle.

Ce suc­cès impose une réflexion de fond sur la poli­ti­que gou­ver­ne­men­tale qui expli­que, pour l’essen­tiel, la situa­tion actuelle.

2. Les résul­tats miti­gés des Répu­bli­cains.

Ils ne par­vien­nent pas à endi­guer la pro­gres­sion du F.N. En repre­nant sou­vent ses argu­ments, ils ont cru pou­voir séduire un nou­vel élec­to­rat mais les élec­teurs pré­fè­rent tou­jours l’ori­gi­nal à la copie.

3. L’échec du PS et de ses alliés.

Il est mas­sif avec des reculs con­si­dé­ra­bles alors que tou­tes les régions sauf une étaient diri­gées par le PS. J’y vois sans aucun doute un désa­veu de la poli­ti­que des gou­ver­ne­ments Ayrault et Valls alors même que l’atti­tude de Fran­çois Hol­lande dans la crise sui­vant les récents atten­tats est approu­vée par notre peu­ple.

4. L’échec du Front de gau­che.

Alors que le mécon­ten­te­ment vs à vis du gou­ver­ne­ment est con­si­dé­ra­ble, les résul­tats obte­nus par le Front de gau­che mon­trent qu’il n’est pas perçu comme un recours cré­di­ble. Si la désu­nion en son sein a joué en sa défa­veur ainsi qu’un pro­gramme assez médio­cre, cons­ti­tué avant tout de dépen­ses sup­plé­men­tai­res, c’est une réflexion de fond qui est main­te­nant néces­saire. Comme je l’ai déjà expli­qué ici à de nom­breu­ses repri­ses. Le Front de gau­che ne peut réus­sir que s’il cons­truit une uto­pie mobi­li­sa­trice (un pro­jet à long terme) et des pro­po­si­tions à court terme réa­lis­tes. On en est loin !

5. L’échec des éco­lo­gis­tes.

Je ne m’en réjouis pas car je par­tage beau­coup des idées qu’ils sou­tien­nent et un pro­jet pour notre pays ne peut être cré­di­ble que s’il intè­gre notre par­ti­ci­pa­tion à la lutte con­tre le réchauf­fe­ment cli­ma­ti­que et la pré­ser­va­tion de notre envi­ron­ne­ment. Les verts ont sans doute payé leurs divi­sions et une com­mu­ni­ca­tion par­fois dif­fi­ci­le­ment audi­ble.

La ges­tion des résul­tats.

Le Parti Socia­liste a pris une déci­sion digne et utile en se reti­rant des régions dans les­quel­les son main­tien ris­quait de faci­li­ter la vic­toire du Front Natio­nal mais il a mal géré les heu­res qui ont suivi l’annonce des résul­tats (annonce des retraits en plu­sieurs fois, voix dis­cor­dan­tes, refus du retrait de la liste socia­liste dans l’est à l’heure où ces lignes sont écri­tes,…).

Cer­tains res­pon­sa­bles du front de Gau­che ont éga­le­ment mal géré la situa­tion en sou­hai­tant la fusion de leur liste avec celle du PS tout en cri­ti­quant ver­te­ment le gou­ver­ne­ment.

J’espère de tout coeur que ces erreurs gra­ves ne feront pas gagner une région de plus au Front Natio­nal.

En Ile-de-France.

La région peut res­ter à gau­che. Le bilan de la majo­rité régio­nale est bon, les résul­tats sont encou­ra­geants. J’appelle tous ceux qui se recon­nais­sent dans les valeurs de la gau­che à voter pour la liste d’union qui sera pré­sen­tée à leurs suf­fra­ges.