Je revien­drai dans les jours qui vien­nent sur la situa­tion poli­ti­que créée par les atten­tats qui ont ensan­glanté Paris. La néces­saire soli­da­rité avec les vic­ti­mes et leur pro­ches et le sou­tien à notre gou­ver­ne­ment dans sa lutte con­tre Daesh n’inter­dit pas, bien au con­traire, de réflé­chir aux cau­ses de la situa­tion et aux solu­tions à adop­ter pour que cer­tains fran­çais (ou euro­péens) ne se radi­ca­li­sent pas.

Je me con­ten­te­rai aujourd’hui d’évo­quer les Huit heu­res pour la Pales­tine qui ont eu lieu samedi der­nier. Elles ont été dédiées “à tou­tes les vic­ti­mes de la vio­lence aveu­gle : à Paris, à Tunis, à Bey­routh, à Ankara, à Damas, à Bag­dad, à Charm el Cheikh, et dans toute la Pales­tine sous occu­pa­tion mili­taire depuis 48 ans. “. En rai­son de l’état d’urgence, il n’était pas évi­dent que cette mani­fes­ta­tion, qui recueille cha­que année un franc suc­cès, se tienne nor­ma­le­ment.

Je pense que les orga­ni­sa­teurs (Evry Pales­tine avec le sou­tien de nom­breu­ses asso­cia­tions) ont eu rai­son de main­te­nir le ren­dez-vous, avec l’accord du Pré­fet de l’Essonne, et j’ai pu cons­ta­ter que plus de 100 per­son­nes étaient pré­sen­tes dès les pre­miè­res heu­res de la mani­fes­ta­tion qui se tenait à la Mai­son des syn­di­cats d’Evry.

Ces huit heu­res ont eu lieu dans une période par­ti­cu­liè­re­ment som­bre pour les pales­ti­niens. Non seu­le­ment le gou­ver­ne­ment israé­lien pour­suit sa poli­ti­que de répres­sion et de con­quête de ter­ri­toire par la colo­ni­sa­tion, mais les espoirs de paix n’ont sans doute jamais parus aussi ténus. J’ajoute que la situa­tion au pro­che-Orient n’est pas sans rap­port avec la pro­gres­sion du radi­ca­lisme, j’y revien­drai…

Le thème choisi cette année pour les Huit heu­res était “Cri­mes éco­lo­gi­ques et dépos­ses­sion des res­sour­ces par Israël”. Israël mène en effet une poli­ti­que qui com­porte de mul­ti­ples vio­la­tions de l’envi­ron­ne­ment (pol­lu­tions chi­mi­ques, des­truc­tion de forêts, con­fis­ca­tion de ter­res, cap­ta­tion des res­sour­ces en eau,…). Comme si la paix et une ges­tion des res­sour­ces res­pec­tueuse de l’envi­ron­ne­ment n’étaient déci­dé­ment pas au pro­gramme du gou­ver­ne­ment d’Israël !

aa2.jpg

aa3.jpg

aa4.jpg

aa5.jpg