Il m’a sem­blé d’emblée utile et très posi­tif que le Minis­tre de l’inté­rieur attire notre atten­tion sur le racisme que mani­feste depuis de nom­breu­ses années l’ancien humo­riste.

Au fil du temps le dis­cours de Dieu­donné est devenu de plus en plus vio­lent et ses décla­ra­tions con­cer­nant Patrick Cohen sont scan­da­leu­ses. J’ai été un peu étonné de la fai­blesse des réac­tions qu’elles ont sus­ci­tées.

Au lieu de se féli­ci­ter des décla­ra­tions de Manuel Valls, on a vu de nom­breux com­men­ta­teurs mul­ti­plier les cri­ti­ques. Il n’aurait pas fallu évo­quer l’éven­tuelle inter­dic­tion des spec­ta­cles du délin­quant, il ne fal­lait pas lui faire de publi­cité, le Minis­tre de l’inté­rieur ne bafouait-il pas la liberté d’expres­sion ?… Cer­tains ont indi­qué qu’ils ne vou­laient pas agir avec le Minis­tre de l’iin­té­reieur. Il s’est même trouvé un copré­si­dent du MRAP pour qua­li­fier la volonté de Manuel Valls de “stu­pi­dité mons­trueuse”.

Tout cela est inquié­tant et peu sérieux. On peut évi­dem­ment dis­cu­ter de la meilleure manière de s’en pren­dre à Dieu­donné mais sachons dire tout sim­ple­ment que sur le fond, Manuel Valls a rai­son et que la lutte con­tre le racisme dépasse les cli­va­ges par­ti­sans.

A la ques­tion de savoir s’il y a ou pas ris­que de trou­bles de l’ordre public quand un spec­ta­cle de Dieu­donné est annoncé, la réponse est évi­dente : il faut mani­fes­ter pour que le ris­que soit incon­tes­ta­ble. Je suis recon­nais­sant aux Klars­feld de l’avoir rap­pelé à ceux qui n’y avaient pas pensé. J’espère que les orga­ni­sa­tions poli­ti­ques et syn­di­ca­les vont s’asso­cier à leurs appels.

J’ajoute qu’il est inad­mis­si­ble que Dieu­donné n’est pas payé les amen­des qu’il doit depuis plu­sieurs années. J’ai appris avec satis­fac­tion que la jus­tice sem­blait main­te­nant s’en préoc­cu­per. Mieux vaut tard que jamais !

Bref, la lutte con­tre le racisme et l’une de ses for­mes les plus dan­ge­reu­ses l’anti­sé­mi­tisme, ne sup­porte pas les dis­cours vagues et les pré­cau­tions poli­ti­cien­nes. Avec Valls et tous ceux qui le veu­lent, nous devons la mener sans réti­cence, ni délai.