J’avoue une cer­taine per­plexité au moment de ren­dre compte de cette soi­rée.

Cer­tes, il y eut ce soir là des inter­ven­tions inté­res­san­tes sur le rap­port aux asso­cia­tions et sur les moyens à met­tre en oeu­vre pour faire par­ti­ci­per les citoyens aux déci­sions qui les con­cer­nent…

Cer­tes Aline Marti nous parla pré­ci­sé­ment de la poli­ti­que du loge­ment et Claude Com­bris­son de ce que peut faire une muni­ci­pa­lité pour démo­cra­ti­ser les choix dans le domaine de l’urba­nisme…

Cer­tes, Axel Féli­cité parla de son expé­rience du monde asso­cia­tif et de la manière d’amé­lio­rer les réu­nions du Con­seil Muni­ci­pal…

Cer­tes il y eut ce soir là plu­sieurs cama­ra­des pour dire avec une con­vic­tion légè­re­ment hési­tante à Michel Nouaille : “Quand tu seras maire…”

Cer­tes il n’y avait ce soir là que des mili­tants déter­mi­nés qui vou­laient met­tre fin au sys­tème Das­sault et bat­tre la Droite…

Cer­tes je me suis dit que j’avais peut-être eu tort, après tout, de ne pas avoir été favo­ra­ble à l’orga­ni­sa­tion de cette réu­nion sans ora­teur connu…

Cer­tes, cha­cun croyait ou vou­lait croire ce soir là que nous com­men­cions ensem­ble à éla­bo­rer le pro­gramme de la liste que sou­tien­drait le Front de gau­che aux pro­chai­nes muni­ci­pa­les…

Cer­tes il y avait là des com­mu­nis­tes, des adhé­rents du Parti de gau­che et des non-encar­tés qui tra­vaillaient ensem­ble et même une pau­vre hiron­delle qui croyait avoir fait le prin­temps…

Cer­tes, j’avais décidé de me taire et je ne pris la parole à la fin que pour répon­dre aux ques­tions légi­ti­mes sur notre stra­té­gie, le temps de rap­pe­ler ce qui nous réu­nis­sait et de mécon­ten­ter l’hiron­delle…

Mais quand je repen­se­rai plus tard à cette réu­nion, j’y pen­se­rai sans doute comme le der­nier épi­sode, un peu bri­colé mais pas trop mal réussi, d’une belle aven­ture locale trop rapi­de­ment avor­tée.

On me dit qu’il faut encore atten­dre pour vous racon­ter la fin de l’aven­ture. Soit.

A bien­tôt donc…

a3.jpg

a2.jpg

a1.jpg