La pro­jec­tion sera sui­vie d’un débat :

La résis­tance non vio­lente en Pales­tine, face à la vio­lence de la répres­sion et à l’expan­sion con­ti­nue de la colo­ni­sa­tion


avec :
Taou­fiq TAHANI - Pré­si­dent de l’AFPS
Asso­cia­tion France Pales­tine Soli­da­rité
Saeed AMI­REH - Pales­ti­nien de Cis­jor­da­nie
Mem­bre du Comité popu­laire du vil­lage de Ni’lin
et acteur de la résis­tance popu­laire non vio­lente

Ren­con­tre con­vi­viale à l’issue du débat : gâteaux et bois­sons, table de presse, vente d’arti­sa­nat.

Télé­char­gez le tract d’appel

Le film est éga­le­ment pro­grammé du mer­credi 4 au mardi 10 sep­tem­bre
horai­res des séan­ces sur www.cine-arcel.com ou par télé­phone au 09 63 65 53 00


“5 CAMÉ­RAS BRI­SÉES” NOMMÉ AUX OSCARS 2013

Prix Louis Mar­co­rel­les, CINÉMA DU RÉEL, 2012
Prix de la Réa­li­sa­tion, SUN­DANCE FILM FES­TI­VAL, 2012
Prix spé­cial du Jury, et Prix du Public, IDFA 2011

Emad Bur­nat, pay­san pales­ti­nien, vit à Bil’in, en Cis­jor­da­nie. Au milieu du vil­lage, Israël a élevé un “mur de sépa­ra­tion” qui expro­prie les 1 700 habi­tants de la moi­tié de leurs ter­res, pour éten­dre et “pro­té­ger” la colo­nie juive de Modi’in Illit, pré­vue pour 150 000 rési­dents. Dès lors, à par­tir de 2005, les vil­la­geois de Bil’in s’enga­gent dans une résis­tance non-vio­lente pour obte­nir le droit de res­ter pro­prié­tai­res de leurs ter­res.

Dès le début de ce con­flit et, pen­dant cinq ans, Emad filme les actions entre­pri­ses par les habi­tants de Bil’in. Avec sa pre­mière caméra, ache­tée à la nais­sance de son qua­trième fils, et au fil des ima­ges des qua­tre sui­van­tes… Il éta­blit la chro­ni­que intime de la vie d’un vil­lage en ébul­li­tion, dres­sant le por­trait des siens, famille et amis, et de leur lutte.

Guy Davidi, mili­tant israé­lien engagé con­tre la colo­ni­sa­tion et réa­li­sa­teur, a pro­posé à Emad de faire un film de ses ima­ges. “Cinq camé­ras bri­sées” est le fruit de leur tra­vail com­mun, de leurs échan­ges, d’une écoute mutuelle sen­si­ble et pro­fonde, qui font de ce docu­ment un témoi­gnage excep­tion­nel…

Emad Bur­nat (Bur­nat Films Pales­tine)
Emad Bur­nat, pales­ti­nien, est né à Bil’in, en Pales­tine. Depuis 2005, il est came­ra­man et pho­to­gra­phe free-lance. Il a filmé pour des chaî­nes comme Al-Jazeera, les chaî­nes israé­lien­nes 1, 2 et 10, et pour la télé­vi­sion pales­ti­nienne. Il tra­vaille régu­liè­re­ment avec l’agence Reu­ters et a filmé des séquen­ces de plu­sieurs docu­men­tai­res dont “Bil’in, My Love”,”Pales­tine Kids”, “Open Close” et “Inter­rup­ted Streams”.

Guy Davidi (Guy DVD Films)
Guy Davidi, israé­lien, est né à Jaffa. Il est réa­li­sa­teur de films docu­men­tai­res et pro­fes­seur de cinéma. Depuis ses 16 ans, il pra­ti­que le mon­tage, la prise de vues et réa­lise des films. Il a été chef-opé­ra­teur sur les films “Hamza” et “Jour­nal d’une Orange” pour France 3. Il a éga­le­ment réa­lisé des court­mé­tra­ges docu­men­tai­res qui ont été pré­senté dans de nom­breux fes­ti­vals et mar­chés inter­na­tio­naux. En 2010, le pre­mier long-métrage de Guy Davidi “Inter­rup­ted Streams” fait l’ouver­ture du fes­ti­val Inter­na­tio­nal du film de Jéru­sa­lem.

Evry Pales­tine - Comité Local de l’AFPS

http://www.evry­pa­les­tine.org