Comme cha­que année, Claude Bre­teau pré­sen­tait ses oeu­vres dans le cadre du Par­cours d’artis­tes 2012.

J’aime beau­coup ces gran­des ima­ges en noir et blanc. Claude Bre­teau tra­vaille en argen­ti­que et il aime déve­lop­per et tirer ses cli­chés au labo­ra­toire. Ce qui séduit dans ces ins­tan­ta­nés, c’est le regard ten­dre et bien­veillant qu’il porte sur la vie quo­ti­dienne.

Pas de mise en scène, pas d’éclai­rage arti­fi­ciel ni d’angle de prise de vie extra­or­di­naire mais un choix sûr des sujets et la pas­sion de trou­ver le seul ins­tant ou le déclen­cheur doit être enfoncé pour figer à jamais l’ins­tant qu’il fal­lait…