Je suis atta­ché à cette tâche car j’appré­cie beau­coup le tra­vail accom­pli dans ce cen­tre. On y dis­pense une for­ma­tion de qua­lité mais on le fait de manière humaine en tenant compte des pro­blè­mes de cha­que sta­giaire.

Cette année, les for­ma­teurs venus par­ti­ci­per au jury ont pu assis­ter à une petite démons­tra­tion. L’un des robots ache­tés par le Cen­tre nous a été pré­senté.

Je m’inté­resse bien entendu à la robo­ti­que, et pas seu­le­ment parce que je suis for­ma­teur en inform­ta­ti­que, et le con­tact avec une réa­li­sa­tion con­crète est tou­jours inté­res­sant. Dans ce domaine l’inté­rêt s’accom­pa­gne sou­vent d’éton­ne­ment, voire d’émer­veille­ment.

Le robot huma­noïde qui nous a été pré­senté a été créé et est com­mer­cia­lisé par la Société Alde­ba­ran Robo­tics, une société fran­çaise dédiée à ce type de robo­ti­que. J’ai trouvé ses per­for­man­ces très inté­res­san­tes, qu’il s’agisse de ses capa­ci­tés de mou­ve­ment ou de dépla­ce­ment, de ses capa­ci­tés de com­mu­ni­ca­tion ou de ses capa­ci­tés “cog­ni­ti­ves”. J’ajoute que ce robot est pro­gram­ma­ble (Phi­lippe Bou­get uti­lise le lan­gage Python).

Ne croyez pas qu’il s’agit d’un sim­ple gad­get ou d’un jouet. D’une part, ce robot est le fruit d’un impor­tant tra­vail de recher­che, d’autre part il peut être utile dès aujourd’hui dans divers domai­nes. Entre mem­bres du jury d’exa­men, nous nous som­mes d’ailleurs mis à ima­gi­ner à quoi pour­rait ser­vir ce type de robots pour aider les per­son­nes han­di­ca­pées…

Plu­tôt que de ren­trer ici dans les détails qui peu­vent vous inté­res­ser sur ce sujet, je vous con­seille de con­sul­ter le site de la société Alde­ba­ran Robo­tics.

Vous y trou­ve­rez des infor­ma­tions tech­ni­ques sur NAO et sur la société Alde­ba­ran mais je vous con­seille de ne pas man­quer les vidéos qui vous per­met­tront de ren­trer dans le monde de la robo­ti­que huma­noïde.

Quel­ques ima­ges de NAO.