Je vou­drais d’emblée assu­rer Jean-Luc, que je con­nais depuis 30 ans, de toute ma sym­pa­thie car je sais que ce des­sin l’a per­son­nel­le­ment affecté.

Je ne repro­dui­rai pas ce des­sin. D’une part parce que con­trai­re­ment à beau­coup d’appren­tis blo­gueurs, je m’efforce de res­pec­ter le droit d’auteur, ensuite parce que je ne veux pas con­tri­buer à sa dif­fu­sion.

Sous le titre L’ascen­sion des néo­po­pu­lis­mes, Il repré­sente Marine Lepen et Jean-Luc Mélen­chon por­tant cha­cun un bras­sard rouge et lisant le même texte com­men­çant par Tous pour­ris. Les deux per­son­na­ges sont clai­re­ment pré­sen­tés comme deux pro­pa­gan­dis­tes de la même thèse. On peut aussi remar­quer que la diri­geante fron­tiste est des­si­née comme un per­son­nage sym­pa­thi­que tan­dis que le Pré­si­dent du Parti de Gau­che appa­raît comme un per­son­nage désa­gréa­ble, poing levé.

J’ai été cho­qué par ce des­sin qui ne me paraît pas drôle. Je crois que beau­coup de lec­teurs ne com­pren­dront pas qu’on rap­pro­che ainsi deux per­son­na­ges que tout oppose. On peut évi­dem­ment être en désac­cord avec les idées de Jean-Luc (je l’ai moi-même jadis com­battu) mais son oppo­si­tion de tou­jours aux thè­ses du Front Natio­nal est con­nue, comme son atta­che­ment à la Répu­bli­que et aux droits de l’homme.

Les expli­ca­tions de Plantu m’ont paru con­fu­ses. Il sem­ble avoir voulu expri­mer ce qu’il per­çoit comme une simi­li­tude de métho­des mais son des­sin exprime une simi­li­tude des idées qui n’a jamais existé.

Je revien­drai sur la notion de néo­po­pu­lisme mais je veux dire tout de suite que c’est un con­cept flou. Le mot a dési­gné à dif­fé­ren­tes épo­ques, dans dif­fé­rents domai­nes et dans dif­fé­rents pays des réa­li­tés dif­fé­ren­tes.

Dans le débat poli­ti­que actuel il m’appa­raît comme une sorte de con­cept fourre-tout et Plantu vient d’appor­ter sa pierre à la con­fu­sion. Tous les hom­mes poli­ti­ques font appel au peu­ple. Dans l’une de ses accep­tions, net­te­ment péjo­ra­tive, le popu­lisme dési­gne une atti­tude clai­re­ment déma­go­gi­que. Jean-Luc n’est aucu­ne­ment popu­liste en ce sens.

Cette affaire m’a attristé car j’appré­cie géné­ra­le­ment beau­coup les des­sins de Plantu et ils ne me cho­quent jamais même quand ils cari­ca­tu­rent des per­son­na­ges que je con­nais et que j’estime mais là, je pense qu’il s’est trompé et a com­mis une mau­vaise action.