Si je tiens à lui ren­dre hom­mage ici, c’est d’abord en rai­son de sa car­rière exem­plaire d’avo­cat au ser­vice de la démo­cra­tie et de la jus­tice sociale mais c’est aussi parce qu’il fut notre avo­cat devant le Con­seil d’Etat, ce qui m’a per­mis de le ren­con­trer et d’appré­cier l’homme et son tra­vail.

Arnaud Lyon-Caen était né le 7 juin 1930 à Paris dans une famille qui compte de nom­breux juris­tes. Son père était déjà avo­cat à la Cour de Cas­sa­tion et au Con­seil d’Etat. En 1940, parce qu’il est juif, il est chassé de la fonc­tion publi­que. A 10 ans le petit Arnaud porte l’étoile jaune. Son père sera déporté à Ausch­witz dont il ne revien­dra pas.

En 1957, Arnaud Lyon-Caen devient à son tour Avo­cat au Con­seil d’Etat et à la Cour de Cas­sa­tion. Son Cabi­net réus­sira brillam­ment mais si j’ose dire, pas n’importe com­ment. Arnaud Lyon-Caen choi­sit ses cau­ses et ses clients.

Il défend la CGT, les sol­dats des ex-colo­nies qui récla­ment leur retraite et com­bien de tra­vailleurs vic­ti­mes d’injus­ti­ces. De Moussa Konaté aux Dix de Renault, des pom­piers de Lorient à Alain Cla­vaud, des vic­ti­mes de l’amiante aux vic­ti­mes de Tou­vier, Bar­bie et Papon, Arnaud Lyon-Caen et ses col­la­bo­ra­teurs ont accom­pli un tra­vail con­si­dé­ra­ble au ser­vice des liber­tés publi­ques et de la jus­tice sociale.

Ber­nard Thi­bault a eu rai­son de décla­rer en appre­nant son décès “les sala­riés per­dent un allié indé­fec­ti­ble.”

Arnaud Lyon-Caen avait obtenu la cas­sa­tion de la con­dam­na­tion de Pierre Gold­man, per­met­tant l’acquit­te­ment de ce mili­tant d’extrême-gau­che.

A 80 ans il plai­dait encore. le 30 décem­bre der­nier il rem­por­tait une belle vic­toire en obte­nant l’annu­la­tion de la muta­tion de Marc Robert. Cet ancien pro­cu­reur géné­ral de Riom avait été vic­time d’une déci­sion illé­gale de Rachida Dati. Une vic­toire de plus con­tre l’arbi­traire.

Arnaud Lyon-Caen est mort bru­ta­le­ment d’un oedème pul­mo­naire loin de nous, dans l’océan indien, le 3 jan­vier.

Je n’oublie­rai pas Arnaud Lyon-Caen. Sa démar­che parais­sait hési­tante ou pour mieux dire pré­cau­tion­neuse mais quand il se levait pour plai­der sa parole était ferme et pré­cise, tein­tée d’humour par­fois.

Une vie digne et utile. Un exem­ple à médi­ter.