La Mai­son du Monde orga­ni­sait un inté­res­sant débat sur l’édu­ca­tion popu­laire à la MJC de Ris-Oran­gis samedi matin. J’y assis­tais avec mon amie Anne-Marie Vaillé.

Nous avons assisté à un exposé du Direc­teur de la MJC qui a d’abord rap­pelé les 3 cou­rants qui exis­tent depuis long­temps au sein de l’édu­ca­tion popu­laire.

  • Le pre­mier est celui du catho­li­cisme social. C’est un cou­rant impor­tant qui entend appor­ter aide et assis­tance à ceux qui en ont besoin sans met­tre en cause l’orga­ni­sa­tion de la société.
  • Le deuxième cou­rant est le cou­rant répu­bli­cain et laï­que, celui dans lequel s’ins­crit la créa­tion de la Ligue de l’ensei­gne­ment. Il se réfère à la phi­lo­so­phie des lumiè­res. Il s’est heurté aux réa­li­tés du deuxième con­flit mon­dial : on peut être faciste tout étant cul­tivé…
  • Le troi­sième cou­rant est le cou­rant ouvrier révo­lu­tion­naire, dans lequel se sont ins­crits la SFIO et le PCF. Il sup­pose une vision poli­ti­que de remise en cause de la société.

Les trois cou­rants exis­tent dans les MJC ce qui expli­que qu’il soit dif­fi­cile pour les pro­fes­sion­nels de faire de l’édu­ca­tion popu­laire.

La situa­tion actuelle est éga­le­ment peu favo­ra­ble. Nous con­nais­sons un seul modèle éco­no­mi­que, le capi­ta­lisme qui est pré­senté comme indé­pas­sa­ble, l’aspi­ra­tion à la con­som­ma­tion sem­ble un idéal natu­rel et la mon­dia­li­sa­tion n’arrange rien, le monde étant en attente de crois­sance.

Notre ora­teur pré­senta ensuite l’expé­rience d’uni­ver­sité popu­laire lan­cée par la MJC de Ris-Oran­gis. Elle est née de la créa­tion d’un Cen­tre Social et de la demande d’agré­ment qu’il néces­si­tait. Ce Cen­tre rele­vait à priori du pre­mier cou­rant évo­qué ci-des­sus mais la MJC a décidé d’adop­ter une démar­che ori­gi­nale par­tant des pra­ti­ques con­crè­tes des habi­tants pour faire émer­ger des con­nais­san­ces. Il a été fait appel à Miguel Bena­sayag, phi­lo­so­phe et psy­cha­na­liste pour faire de la for­ma­tion et sui­vre la créa­tion de l’Uni­ver­sité Popu­laire.

On se repor­tera au site de la MJC de Ris-Oran­gis pour sui­vre cette expé­rience.

Trois grou­pes de tra­vail ont été créés: l’un sur l’école et l’exclu­sion, le deuxième sur le com­merce de proxi­mité, le troi­sième sur l’inter­gé­né­ra­tion. Ces grou­pes ont voca­tion à essai­mer dans le futur.

Le besoin de con­fé­ren­ces, plus tra­di­tion­nel­les, s’est néan­moins fait sen­tir. C’est ainsi qu’a été créée L’école de la Répu­bli­que. Des ora­teurs d’orien­ta­tions poli­ti­ques dif­fé­ren­tes vien­nent ani­mer des réu­nions et ces inter­ven­tions sont mises en ligne sur le site de la MJC.

En savoir plus sur le site de la MJC : L’Ecole de la Répu­bli­que

Je revien­drai pro­chai­ne­ment sur les réflexions que m’ins­pire cette inté­res­sante réu­nion (trop rapi­de­ment résu­mée) et sur les ensei­gne­ments que nous pou­vons en tirer pour le tra­vail que nous menons à Cor­beil-Esson­nes pour créer une uni­ver­sité popu­laire.