Le blog de Sylvain Renard

Politique nationale

Soirée de solidarité avec la Palestine le 1er juillet

OCE_1erJuillet2017_Tract_1_.jpg

21 juin 1943

a5.jpg
Dans cette mai­son, le 21 juin 1943, Jean Mou­lin était arrêté par la police alle­mande à Caluire-Et-Cuire à côté de Lyon.

Sou­ve­nons-nous !

a3.jpg

Rassemblement pour la Palestine

afps_opt.png

Je par­ti­ci­pe­rai à ce ras­sem­ble­ment. Dans la situa­tion très dif­fi­cile qui est la leur, les pales­ti­niens doi­vent pou­voir comp­ter sur notre soli­da­rité.

A la veille du second tour

510px-A_la_Gloire_de_la_Republique_Francaise.jpg

Quel­ques mots avant le second tour des pré­si­den­tiel­les.

Lire la suite

Avant le premier tour...

BH1.jpg

Je vou­drais d’abord avoir une pen­sée émue pour les vic­ti­mes de l’atten­tat qui a frappé notre pays hier au soir.

Une fois de plus, les for­ces de police qui assu­rent notre sécu­rité sont dure­ment tou­chées. Je leur témoi­gne mon sou­tien et ma soli­da­rité.

La cam­pa­gne élec­to­rale que nous venons de vivre s’achève tris­te­ment non seu­le­ment à cause de cet atten­tat mais aussi pour moi, parce qu’elle ne crée aucun réel espoir d’un chan­ge­ment impor­tant et pro­gres­siste.

Rien de ce que j’ai entendu ou lu ces der­niers jours ne remet en cause les con­vic­tions que j’expri­mais dans mon texte du 19 mars.

Cer­tes, Jean-Luc Mélen­chon a réussi une remar­qua­ble remon­tée due à ses qua­li­tés per­son­nel­les mais aussi au “vote utile”. Beau­coup d’élec­teurs de gau­che qui ne sont pas d’accord avec lui sur de nom­breux points vote­ront pour lui en déses­poir de cause, parce qu’aucun autre can­di­dat pro­che de leurs idées ne sem­ble pou­voir l’empor­ter. Mais cette remon­tée ne doit pas cacher l’essen­tiel : le pro­gramme et la stra­té­gie adop­tés par le lea­der de la France Insou­mise ne lui per­met­tront pro­ba­ble­ment pas d’attein­dre le second tour et même s’il était élu d’appli­quer son pro­gramme, au demeu­rant dan­ge­reux à divers égards.

Au sujet du pro­gramme de la France Insou­mise, je vous con­seille l’inté­res­sant arti­cle de mon ami Guillaume Duval qui n’est pas, croyez-moi, un défen­seur du capi­ta­lisme libé­ral.

Au sujet de la stra­té­gie, je cons­tate par­tout que des can­di­dats de la France Insou­mise s’oppo­sent à des can­di­dats com­mu­nis­tes. C’est le cas à Cor­beil-Eson­nes et si je res­pecte la posi­tion de Michel Nouaille qui sou­tient Jean-Luc Mélen­chon avec son Parti, on com­pren­dra que je ne vote pas avec ceux qui ne veu­lent pas de lui comme député… Bref, Jean-Luc Mélen­chon c’est le refus du ras­sem­ble­ment et du com­pro­mis poli­ti­que, donc l’échec.

Je com­prends l’enthou­siasme de ceux qui le sou­tien­nent mais on ne fait uti­le­ment de la poli­ti­que qu’avec la réa­lité et la France n’est pas dans l’état qu’ils ima­gi­nent. L’aven­ture de la Frrance Insou­mise, quel­les que soient les qua­li­tés de ses mili­tants et de ses rares lea­ders, ne fera que retar­der, sans doute d’une dizaine d’années, le suc­cès d’une gau­che de gou­ver­ne­ment apte à amé­lio­rer la vie des plus pau­vres, à lut­ter réel­le­ment con­tre la finance et à réduire le chô­mage, bref à faire ce que Fran­çois Hol­lande n’a pas fait.


Benoit Hamon, placé dans une situa­tion très dif­fi­cile, a eu le mérite de rem­por­ter la vic­toire des pri­mai­res de la Gau­che en ras­sem­blant de nom­breux socia­lis­tes et sym­pa­thi­sants qui refu­sent le social libé­ra­lisme et sans les­quels on ne cons­truira rien de dura­ble à gau­che en France. Il a adopté la stra­té­gie de ras­sem­ble­ment qui con­ve­nait comme le mon­trent ses accords avec les verts et les radi­caux de gau­che. Il a mené une cam­pa­gne cou­ra­geuse et hono­ra­ble. Je n’ai aucune rai­son de remet­tre en cause le choix que j’avais expli­cité il y a un mois, c’est pour­quoi je vote­rai diman­che pour Benoit Hamon.

Jette moi ça dehors !

« Jette moi ça dehors ! », c’est Jean-Luc Mélen­chon qui parle, diman­che der­nier au cours de la mar­che qu’il a orga­ni­sée pour une sixième Répu­bli­que.

Que repré­sente ce « ça » qu’il faut jeter ? Une bou­teille vide ? Un sac qui embal­lait un sand­wich ? Un klee­nex usagé ? Eh bien non, le « ça » à jeter, c’était un jour­na­liste !

Et qu’avait fait le « ça » pour être jeté ? Il avait posé une ques­tion ! Une ques­tion scan­da­leuse : « Vous pen­sez pou­voir gagner sans Benoît Hamon ? ». La ques­tion avait d’abord sus­cité l’ire du can­di­dat : « Votre ques­tion me saoule mon­sieur » ce qui était accep­ta­ble car un homme poli­ti­que peut être agacé par une ques­tion et ne pas sou­hai­ter y répon­dre mais la suite ne l’est pas.

« Vous avez vu ce sale con? » demande alors Jean-luc Mélen­chon à ses amis avant de don­ner l’ordre qui fait le titre de cet arti­cle.

On ne sait si le can­di­dat avait iden­ti­fié le jour­na­liste (il tra­vaillait pour l’émis­sion du Ser­vice Public C à vous de France 5) mais cela n’a pas grande impor­tance. Il n’est pas tolé­ra­ble qu’un homme poli­ti­que insulte ainsi un jour­na­liste qui n’a fait que poser une ques­tion par­fai­te­ment cor­recte.

Ce déra­page n’est hélas pas le pre­mier du can­di­dat de la France Insou­mise qui s’est fait une spé­cia­lité de ces répon­ses vio­len­tes et insul­tan­tes. Cette atti­tude ne cor­res­pond pas à l’image que je me fais d’un Pré­si­dent de la Répu­bli­que ni d’ailleurs de n’importe quel homme poli­ti­que.

Voir la video sur le Huf­fing­ton Post

Un meeting réussi

b1.jpg

J’ai assisté hier au mee­ting de Benoît Hamon à Bercy.

Lire la suite

Avant les Présidentielles...

Le tra­vail ne m’a pas per­mis de m’expri­mer bea­coup sur ce blog ces der­niè­res semai­nes. Je dis­pose main­te­nant d’un peu plus de temps et je publie aujourd’hui un texte (dis­po­ni­ble au for­mat PDF pour faci­li­ter sa lec­ture) qui évo­que la situa­tion poli­ti­que actuelle et le choix que j’ai fait pour la Pré­si­den­tielle. Je vous en sou­haite une bonne lec­ture.

Lire le texte

Huit heures pour la Palestine 2016

a8.JPG

J’ai assisté samedi aux Huit heu­res pour la Pales­tine à Evry et à la séance de cinéma de diman­che à l’Arcel.

Je publie ci-des­sous le compte rendu de ces mani­fes­ta­tions qu’a rédigé mon ami Michel Nouaille.


Lire la suite

Entendre la Police

police510.jpg

La crise actuelle de la Police Natio­nale est sérieuse et préoc­cu­pante.

Lire la suite

Demandez le programme !

gaulois.jpg (Illus­tra­tion tirée de His­toire de France, cours élé­men­taire, Ernest Lavisse, Armand Colin, 1913, page 1 de l’édi­ton Heath de 1919)

Du bur­kini aux Gau­lois en pas­sant par les polé­mi­ques sur le nom­bre de poli­ciers pré­sents à Nice lors de l’atten­tat du 14 juillet, le débat poli­ti­que me paraît trop sou­vent médio­cre, fait de peti­tes phra­ses ou de coups de gueule. Il y a plus de com­mu­ni­ca­tion, de buzz ou de coups de com que de réflexion. Et le pro­gramme ? Les valeurs ? Les pro­po­si­tions con­crè­tes ? On ne les voit guère appa­raî­tre. Je reste pour­tant per­suadé que le dis­cré­dit du poli­ti­que et le popu­lisme ne peu­vent dis­pa­raî­tre que si l’on parle sérieu­se­ment du fond, si pos­si­ble avec calme.

Lire la suite

Faire bloc

Il est bon que les res­pon­sa­bles poli­ti­ques et les citoyens s’expri­ment quand leur pays en guerre fait face à des atta­ques bar­ba­res. Encore faut-il le faire avec rete­nue, en pesant ses mots et sur­tout en n’essayant pas d’ins­tru­men­ta­li­ser la situa­tion à son pro­fit.

Mal­heu­reu­se­ment, à droite comme à gau­che (suro­tut à droite tout de même) les bas­ses ten­ta­ti­ves de récu­pé­ra­tion n’ont pas man­qué, sur­tout depuis l’atten­tat de Nice.

Il faut d’abord pen­ser aux vic­ti­mes, pen­ser au cha­grin de leurs pro­ches, leur pro­di­guer notre récon­fort et notre soli­da­rité. Cha­cun le fait à sa manière.

Il faut ensuite pen­ser à la France, à notre patrie trop sou­vent décriée, qui a tant à appor­ter au monde avec sa pra­ti­que de la démo­cra­tie, son atta­che­ment aux valeurs répu­bli­cai­nes et aux droits de l’Homme et sa con­cep­tion par­ti­cu­lière et pleine d’ave­nir de la laï­cité.

Et pen­ser à la France, c’est d’abord dire la vérité. Ceux de ma géné­ra­tion ne ver­ront sans doute pas la fin de cette guerre et de nou­veaux atten­tats, qui feront des cen­tai­nes de morts, sont très pro­ba­bles. Les plus jeu­nes en ver­ront peut-être la fin mais il fau­dra beau­coup de temps, de cou­rage et d’efforts.

La vérité, et ce n’est pas du fata­lisme, c’est de dire aussi qu’il n’existe pas de ris­que zéro et que même les dic­ta­tu­res ne savent pas empê­cher les atten­tats. Rasion de plus pour res­ter en démo­cra­tie !

Pen­ser à la France, c’est évi­dem­ment aussi lut­ter. Pour­quoi ne pas dire que dans la lutte con­tre le ter­ro­risme isla­miste, le gou­ver­ne­ment de Manuel Vals a fait, sous l’auto­rité de Fran­çois Hol­lande, ce qu’il fal­lait et qu’il con­ti­nue à le faire ? Parce qu’on n’est pas d’accord avec leur poli­ti­que éco­no­mi­que et sociale ? Ce serait une bien mau­vaise rai­son. Les Fran­çais recon­naî­tront in fine, ceux qui auront tenu le choc avec dignité.

J’ajoute qu’il me paraît évi­dent que la police, la gen­dar­me­rie, l’armée et tous les ser­vi­ces de sécu­rité font avec abné­ga­tion tout ce qu’ils peu­vent pour assu­rer notre sécu­rité. Il faut s’en sou­ve­nir avant de cri­ti­quer sans réflé­chir ou en ayant une idée basse der­rière la tête.

Bien entendu, il ne s’agit pas de se taire. Cha­que atten­tat sus­cite de légi­ti­mes ques­tions et peut per­met­tre d’énon­cer des pro­po­si­tions que le gou­ver­ne­ment doit enten­dre. A deux con­di­tions. Il faut d’abord le faire de manière cons­truc­tive, sans souci polé­mi­que et il faut le faire en res­pec­tant l’état de droit, c’est à dire notre cons­ti­tu­tion et nos prin­ci­pes.

Cer­tes, il faut s’adap­ter. J’approuve plei­ne­ment le main­tien de l’état d’urgence et je regrette que quel­ques dépu­tés ne l’ait pas voté. Son effi­ca­cité n’est pas très impor­tante mais il donne quel­ques moyens sup­plé­men­tai­res aux for­ces de sécu­rité, il les con­forte et il a une valeur sym­bo­li­que. Qui peut réel­le­ment pré­ten­dre qu’on a attenté aux liberté publi­ques alors que des dizai­nes de mani­fes­ta­tions, cul­tu­rel­les et socia­les, ont eu lieu ces der­niers mois ?

Mais il y a une ligne à ne pas fran­chir. On n’enferme pas sur des pré­somp­tions. Il ne peut pas y avoir en France, des pri­son­niers poli­ti­ques et une police de la pen­sée.

Nous avons, en ce début de siè­cle, une classe poli­ti­que pas très brillante et très dis­cré­di­tée. C’est un han­di­cap sérieux dont sont cons­cients nos enne­mis qui cher­chent à nous divi­ser. A cha­que atten­tat il fau­dra s’oppo­ser aux polé­mi­ques nais­san­tes, aux pro­po­si­tions liber­ti­ci­des et à ceux qui croient iné­luc­ta­ble une guerre de civi­li­sa­tion.

Un repor­tage lu dans le Monde sur la situa­tion à Nice m’a mon­tré l’ampleur du dan­ger. Des musul­mans qui n’osent plus sor­tir, des niçois qui leur deman­dent de ren­trer chez eux, un chauf­feur mul­su­man qui ne peut plus con­duire de camion… Il y a bien sûr la médio­crité locale mais tout de même, les dan­gers d’affron­te­ment au sein de notre société sont réels.

Les démo­cra­tes et les répu­bli­cains ont donc devant eux des années dif­fi­ci­les. Les mili­tants poli­ti­ques sont prompts à voir ce qui les oppose entre eux. Dans la situa­tion actuelle, il faut voir ce qui nous ras­sem­ble : les valeurs de la démo­cra­tie, les valeurs de la Répu­bli­que, un art de vivre ouvert sur le monde, une huma­nité qui parle à tous les peu­ples de la terre.

Fran­çois Hol­lande nous a appelé ce soir à “faire bloc”. Il a eu rai­son.

Michel Rocard est mort

michel2.jpg Michel Rocard au con­grès de Tou­louse (celui de 1985) (photo S.R.)

J’ai beau­coup com­battu les idées de Michel Rocard. Il était le lea­der de la deuxième gau­che, j’étais un sol­dat de la pre­mière.

Lire la suite

CRS SS ! CRS!...

x-default

48 ans déjà…

La France en grève allait vers l’inconnu. Mon père occu­pait son maga­sin, le Bazar de l’Hôtel de Ville, j’occu­pais mon Lycée, le Lycée Tur­got.

Lire la suite

Mobilisation

a1.jpg

Un peu plus ou un peu moins que la der­nière fois ? Je ne sais pas, mais il est indé­nia­ble que la mobi­li­sa­tion con­tre la loi El Koh­mery se pour­suit à un haut niveau comme le mon­trent les quel­ques pho­tos pri­ses cet après-midi que je publie ci-des­sous.

Lire la suite

Attentats

bru.jpg (Mai­son du roi, Grand Place. Bruxel­les)

Je m’asso­cie d’abord, bien évi­dem­ment, au mou­ve­ment de soli­da­rité et de com­pas­sion qui s’est exprimé en direc­tion de nos amis bel­ges après les atten­tats qui ont ensan­glanté Bruxel­les. La guerre que nous devons mener con­tre l’isla­misme radi­cal assom­brit nos vies et res­tera, comme tou­tes les guer­res, une tra­gé­die même si le nom­bre de vic­ti­mes est beau­coup moins impor­tant que dans une guerre “tra­di­tion­nelle”.

La lutte con­tre l’Isla­misme radi­cal demande de la volonté mais aussi du sang-froid et de la dignité, des qua­li­tés qui ne sont pas par­ta­gées par toute la classe poli­ti­que.

Lire la suite

Un texte bienvenu

Dans la situa­tion inquié­tante dans laquelle se trouve notre pays (chô­mage de très haut niveau, crise agri­cole, déva­lo­ri­sa­tion du dis­cours poli­ti­que, mon­tée du natio­nal-socia­lisme,…) et dans la situa­tion peut-être encore plus grave dans laquelle se trouve la gau­che (mort du Front de Gau­che, échecs élec­to­raux, absence d’uto­pie mobi­li­sa­trice et de pro­gramme cré­di­ble,…) le texte signé par un groupe de res­pon­sa­bles poli­ti­ques (dont Mar­tine Aubry) et d’intel­lec­tuels me paraît utile et bien­venu.

Lire la suite

Dounia Bouzar jette l'éponge

db.jpg

Dou­nia Bou­zar fait par­tie de ces fem­mes dont on peut cer­tes désap­prou­ver telle ou telle prise de posi­tion mais dont le cou­rage, le tra­vail et la sin­cé­rité ne peu­vent à mon sens que jus­ti­fier notre estime et notre admi­ra­tion.

Lire la suite

Avec Claude Bartolone... et Jacques Picard !

Bartolone_opt.jpg

Quel­ques mots avant le deuxième tour des régio­na­les.

Lire la suite

Tristes régionales

tour1.JPG

Des pro­blè­mes d’ordi­na­teur (les infor­ma­ti­ciens ne sont mal­heu­reu­se­ment pas immu­ni­sés…) m’ont empê­ché de publier un texte sur la la lutte con­tre Daesh et la nou­velle situa­tion poli­ti­que qui résulte des récents atten­tats dont la France a été vic­time. J’y revien­drai pro­chai­ne­ment.

Quel­ques mots à chaud sur les résul­tats des élec­tions régio­na­les.

Lire la suite

- page 1 de 11